• Bon Week-End

     


    4 commentaires
  • Voici quelques  espèces de chats sauvages dont vous ne soupçonniez pas l’existence

    Qui n’aime pas les félins ? Du chat de gouttière au lion des savanes, les félins ne laissent personne indifférent.

    Leur comportement, leur fourrure, on pourrait croire qu’ils ont été spécialement conçus pour se faire câliner, même les plus gros d’entre eux (attention aux griffures de tigre).

    Les chats font partie de notre quotidien depuis des millénaires, mais il existe des dizaines de races de félidés sauvages

    dont vous ne savez pas grand-chose.

    Petit tour d’horizon.

    Le chat serval

    Partageant un ancêtre commun avec le lion, ce félin est surtout connu en France pour avoir été le premier nom en version française, donné au mutant Logan alias Wolverine, dans les comics X-Men.

    Pour en revenir à l’animal, il vient d’Afrique, pèse entre 9 et 26 kg, et est facilement domesticable.

    Le chat des Andes 

    Bestiole très mignonne, très rarement observée et en voie d’extinction, elle vit dans les montagnes d’Amérique du Sud. Il a une ouïe très développée et son pelage gris lui permet de se camoufler facilement au milieu des rochers qui constituent la majeure partie de son habitat.

            Chat rubigineux 

    Ce tout petit chat (1,5 kg en moyenne) est originaire d’Inde et du Sri-Lanka, il tire son nom de rubiginosus, désignant la couleur rouille caractéristique du félin. Son lieu d’habitation étant très restreint et se faisant assez discret, les informations concernant ce chat ne sont pas bien connues, on suppose que c’est une race très solitaire.

    Chat à tête plate 

    Félin d’Asie du Sud-Est, il vit particulièrement dans les marécages, d’ailleurs son physique est très bien adapté à son environnement car il est pourvu de petites pattes palmées, pour faciliter ses déplacements dans l’eau. Ce « chat-poisson » très rare est considéré comme une espèce en danger à cause principalement de la destruction de son habitat.

    Chat de Biet

    Originaire de Chine et de Mongolie, ce gros matou à la fourrure épaisse résiste particulièrement bien aux dures conditions du désert de Gobi. Ordinairement endémique dans le centre de l’Asie, il est maintenant considéré comme rare à cause, notamment, de la disparition de ses proies (souvent des nuisibles empoisonnés par l’homme) et du trafic de fourrure.

    Chat de Temminck 

    Félidés sauvages

    Aussi appelé chat doré d’Asie, c’est un félin tout à fait particulier. Bien plus gros qu’un chat (entre 9 et 16 kg), soit près de trois fois le poids d’un chat domestique, il vient d’Asie du Sud-Est. Il est reconnaissable par les taches sur sa tête et aussi par le fait que tout le reste du corps ait la même couleur. Fait unique chez les félins. Bien que pas particulièrement menacé, on craint la destruction de son habitat ainsi que le braconnage. Il fait également l’objet de beaucoup de légendes.

    Chat sauvage 

    Tout est dans le titre, le Felis silvestris est tout simplement le chat sauvage lambda, c’est le plus proche cousin de votre compagnon de canapé (Felis silvestris catus). Il n’y a quasiment pas de différences entre votre greffier et celui que vous pourrez croiser dans les forêts. On en trouve partout en Afrique, Asie et Europe (sauf en Russie).

    Ocelot

    Attention, félin beaucoup trop mignon. L’Ocelot est un genre de mimi-panthère

    avec des taches très belles. le félin vient d’Amérique central du Sud, il partage la même aire de répartition que son grand cousin le puma. Détail qui tue, il dort la tête posée sur ses pattes avant, qui sont étendues devant lui, comme les chiens, c’est le seul félin à faire ainsi.

    Guigna

    Encore un chat sauvage d’Amérique du Sud, mais un tout petit cette fois-ci. Le Guigna est le plus petit chat sauvage de ce continent, il ressemble lui aussi à une panthère, mais qui ferait moins de 2 kg. Il est assez solitaire et sort très peu des endroits touffus, il aime se cacher. Relativement fragile, il est très menacé par la déforestation.

    Chat bai 

    Ce chat roux est un mystère, il vient de l’île de Bornéo, on connaît sa taille et son poids et c’est à peu près tout. On ne connaît rien de son mode de vie ou de sa reproduction, de vraies recherches n’ayant jamais été menées. C’est un animal assez sauvage, dont on ne possède que des photographies et quelques squelettes, un minou vraiment discret.

    Chat pêcheur

    Un nom peu commun pour ce chat quasi amphibien. Encore une fois originaire d’Asie du Sud-Est, son corps est adapté à la pêche et la nage. Il peut se mouvoir rapidement grâce à ses pattes palmées. Mais ce chat des mangroves n’en reste pas moins en danger d’extinction à cause de la destruction de son habitat.

    Chat-léopard du Bengale 

    Comme son nom l’indique, ce petit chat vient principalement du Bengale et ressemble beaucoup à un léopard. Il est très connu, car son croisement avec notre bon vieux chat domestique, dans les années soixante, donna naissance au Bengal, chat lui ressemblant beaucoup et qui est très apprécié.

    Panthère nébuleuse

     

    Cette panthère asiatique est un félin nocturne, très discret, venant surtout de la jungle taïwanaise, étant essentiellement arboricole. Elle tire son nom de ses grandes taches qui rappellent des nuages. Détail important, il s’agit du félin actuel qui a les plus grandes canines par rapport à sa taille.

    Cependant vous ne risquez pas d’en trouver, les scientifiques ont révélé que l’espèce était désormais éteinte.

    Caracal

    Ce félin est reconnaissable par ses longues oreilles noires qui lui ont valu pas mal de mythes et de légendes, aussi bien en Afrique, d’où il est originaire, que sur d’autres continents. C’est un très bon chasseur, il peut faire des bonds de trois mètres de haut pour attraper des oiseaux en vol, c’est impressionnant.

    Chat à pieds noirs

    Ce petit chat tacheté tire son nom de sa voute plantaire complètement recouverte de poils noirs lui permettant de résister à la chaleur du désert africain. Autre caractéristique le plus petit félin d’Afrique et un des plus petits du monde, il pèse moins de 2 kg. Votre propre chat, trop nourri, ferait office de jaguar à ses côtés.

    Chat des sables

     beaucoup trop mignon  le chat des sables (ou du désert) est relativement petit, possède une petite tête triangulaire. On en trouve en Arabie et au Maghreb. Il mange tout ce qui passe à sa portée, serpents, insectes… Et fait intrigant, il ne boit quasiment jamais, en effet il trouve assez d’eau dans le corps de ses proies.

    Lynx du Canada 

    Voilà un animal bien singulier, adapté au grand froid, le lynx du Canada ne ressemble à aucun autre félin avec son air pataud, ses grosses pattes de lapin et sa toute petite queue. Mais voilà on aimerait bien se rouler dans la neige avec cette grosse peluche.

    ***************************************

    Que les félins sont mignons et intrigants, il y en a partout sur la planète et ainsi où que l’on aille on en trouve toujours un pour nous faire craquer.

    Et vous, quel est votre coup de cœur ?

    Moi, mon coup de cœur c'est le chat des sables. Bisous de Chrys

    https://dailygeekshow.com


    8 commentaires
  • Merci mon amie Coryphée

    kdo de mon amie Coryphée

    son blog ici : http://petite-fugue-en-mille-temps.eklablog.com/

    kdo de mon amie Coryphée

     


    votre commentaire
  • Le Monde secret des animaux minuscules.

    Connaissez-vous le microcèbe mignon ?

    Le genre Microcebus, les microcèbes, regroupe des primates lémuriformes parmi les plus petites espèces de lémuriens.

    Description

    Ils sont les plus petits  au monde :

    ils mesurent 12 cm sans la queue, qui elle mesure 15 cm. Ils pèsent au maximum 90 grammes.

    Vidéo courte 2 minutes c'est craquant!


    C'est le plus petit lémurien de Madagascar

    Mignon non!  vous trouvez pas ? . . .

    il est très rare de voir un petit Lémurien , car c'est un animal nocturne.

     

    Mode de vie

    Leurs gros yeux possèdent une rétine hypersensible et leur ouïe est excellente. Ils chassent généralement seuls la nuit et se nourrissent d'insectes (scarabées etc.), de fruits, de miel et de nectar qu'ils trouvent dans les arbres ou au sol.

    Durant la journée, ils restent en petits groupes dans des arbres creux ou des nids de feuilles.

    Classification / évolution

    Ces animaux sont les petits lémuriens connus. Ils sont nocturnes et endémiques de la grande île de Madagascar.

    Les prédateurs

    Les microcèbes du fait de leur petite taille sont la cible de nombreux prédateurs dont les hiboux et les serpents.

    En moyenne un lémurien nain sur 4 est tué chaque année par les prédateurs. Heureusement pour l’espèce leur taux de reproduction est très élevé ce qui leur permet de contrebalancer ce taux de prédation élevé.

      La Chouette effraie, Tyto alba, (au-dessus) et le Boa arboricole de Madagascar, Sanzinia madagascariensis, (dessous)

    sont les principaux prédateurs du Microcèbe mignon.

    ci-dessous

    le microcèbe avant de dévaler la branche puis de sauter dans le noir

    Les microcèbes, de sacrés reproducteurs

    La gestation des microcèbes est d’environ 60 jours et celle-ci donne principalement naissance à deux petits qui vivront

    en moyenne 15 ans.

    Cette espèce de lémurien est connu pour ces pratiques polygames mais aussi et surtout du grands nombre de partenaire mâle avec lesquels la femelle s’accouple et tout ça en une seule nuit ! Effectivement, les femelles s’accouplent avec 1 à 7 mâles jusqu’à 11 fois au cours d’une seule nuit. En multipliant le nombre de mâles la femelle augmente la diversité génétique de sa progéniture.

    d'Anjajavy.Microcèbe mignon la nuit dans la forêt

    Solidarité parentale

    Les femelles Micocèbe mignon élèvent souvent leurs petits en commun. Par ailleurs, les femelles transfèrent parfois leurs petits dans un nid voisin et la femelle propriétaire du nid s’occupera alors des nouveaux petits sans aucune distinction avec sa propre progéniture. Les nids communs sont d’ailleurs plus faciles à protéger !

    Pour finir, les jeunes dont ma mère est morte sont tout simplement adopté ce qui n’est pas négligeable surtout pour cette espèce de lémurien où le taux de mortalité des adultes est très élevé.

    Le Microcèbe mignon profite de sa légèreté pour accéder aux fleurs

    inaccessibles aux autres lémuriens, ses cousins.

    Ce petit animal survivra (peut-être) au changement climatique.

    Des chercheurs expliquent que ce petit lémurien dispose d'une arme fatale pour compenser les aléas climatiques : "la torpeur".

    Lors de la saison sèche, il réduit volontairement ses dépenses énergétiques.

    Une technique insolite pour survivre à la chaleur.

    A Madagascar, le microcèbe mignon , réussit à survivre  à l’absence de nourriture pendant trois ou quatre mois en se mettant dans un état de "torpeur", rapporte Terra Eco.

    Sa technique ?

    Roulé en boule, le petit lémurien, qui fait la taille d’un rat, fait descendre la température de son corps et réduit ainsi volontairement ses dépenses énergétiques. Il peut en outre remonter quotidiennement sa température à la normale et décider s’il se dépense pour aller chercher de la nourriture.

    J’espère que ce contenu vous a plu? pour ma part oui, c'est une belle découverte d'un petit animal qu'il faut préserver. Bisous de Chrys

    https://riufhrziuticblog.wordpress.com

    https://www.20minutes.fr

    https://fr.wikipedia.org

     


    7 commentaires