• Grignan Bienvenue (Suite)

    en Drôme Provençale

    Grignan est une commune française située dans le département de la Drôme en région Rhône-Alpes.

    Ses habitants sont appelés les Grignanais.

    Rendu célèbre par la correspondance de la marquise de Sévigné, le château de Grignan est le plus grand palais Renaissance du sud-est de la France. Il domine le village de sa silhouette majestueuse.
    Les salles de réception et appartements privés, meublés d’objets et d’œuvres d’art, évoquent la vie quotidienne à différentes époques. Boutique, librairie, spectacles, concerts, soirées d’exception. Au cœur de la Drôme provençale, bâti sur un promontoire rocheux, le château de Grignan surplombe le village.

    ci-dessous Château et Lavande

    Témoin de l’architecture Renaissance et du classicisme français, l’édifice a connu une histoire mouvementée. Château fort mentionné dès le 11e siècle, il est transformé à la Renaissance en une prestigieuse demeure de plaisance par la famille des Adhémar.

    ci-dessous Château  sous un autre angle

    ci-dessous  Château d'entrée

     Au 17e siècle, la marquise de Sévigné y séjourne auprès de sa fille Françoise-Marguerite devenue, par son mariage, comtesse de Grignan. Les lettres de la marquise à sa fille feront d’elle une épistolière célèbre et contribueront grandement à la notoriété du lieu. Démantelé à la Révolution puis reconstruit au début du 20e siècle par Marie Fontaine, il appartient depuis 1979 au Département de la Drôme qui poursuit un programme ambitieux de restaurations et d’acquisitions.

    Classé Monument historique en 1993 et labellisé Musée de France, le château de Grignan offre aux visiteurs de précieux témoignages

    sur l’art de vivre à différentes époques.

    Le château accueille chaque été les Fêtes nocturnes et propose tout au long de l’année une programmation culture

    ci-dessous Galerie des Adhemar

    Ci-dessous portrait de Madame Sévigné

    Née à Paris le 5 février 1626, Marie de Rabutin Chantal, Marquise de Sévigné vivait au siècle de Louis XIV, ce n'était pas cependant une femme de Cour.

    Veuve très tôt, elle vit en femme privée, elle reçoit beaucoup, elle va au théâtre, au prêche, au concert, elle lit beaucoup et surtout elle écrit à tout moment de nombreux feuillets.

    Au travers de sa correspondance on peut trouver la description des hommes et des choses de son époque, elle fut chroniqueur de son temps.

    ci-dessous place du village marie de rabutin Chantal marquise de Sévigné

    Ce sont ses lettres échangées avec sa fille Françoise Marguerite Comtesse de Grignan qui publiées après son décès la rendirent célèbre.

    Elle s'installa à Grignan en 1694 et y mourut en 1696.

    C'est alors qu'elle passa à la postérité

    ci-dessous  majestueux escalier conduisant à l étage

    Collégiale Saint-Sauveur

    Monument

    Cette église date du XVIème siècle et fut restaurée au 17ème siècle. Sa construction par le Baron Louis-Adhémar débute en 1535 et s'achève en 1539 date à laquelle le pape Paul III l'institue Collégiale St Sauveur.et autorise l'introduction d'un chapitre de chanoines.

    La façade de style renaissance fût saccagée pendant les guerres de religion et reconstruite en 1654 par Louis Adhémar Comte de Grignan.

    La terrasse du château bordée d'une balustrade recouvre le toit de la collégiale, et dans celle-ci, une tribune seigneuriale situé à 15 m de haut et accessible directement du château, permettait au Comte de Grignan et à sa famille d'assister aux cérémonies

    ci-dessous Collegiale st Sauveur L'église attenante au château  le toit de l'église sert de terrasse au château

    Le bourg possède aussi une très belle chapelle romane appelée chapelle Saint Vincent qui date du Xème ou XIème siècle : celle ci était l'église du village avant la construction de la collégiale. et se situe dans l'enclos du cimetière.

    La restauration de la chapelle s'est terminée en 2013 par l'œuvre de l'artiste Ann Véronica Janssen, plasticienne mondialement connue, qui a crée et installé des vitres monochromes translucides et chacune de couleur différente, fixées au mur en laissant un espace entre le verre et le mur de façon à laisser pénétrer lumière naturelle et lumière diffusée, ce qui par beau temps illumine l'espace de couleurs chatoyantes, vert, ocre jaune et bleu offrant un spectacle saisissant.

    ci-dessous

    A l'intérieur se trouve:

    La tombe de Madame de Sévigné décédée à Grignan le 18 avril 1696 .

    La Chapelle

    ci-dessous

    Un très beau maître-autel datant de 1634, rehaussé d'un retable en bois doré représentant la Transfiguration, ce tableau est signé Ernestimus

    Grève et date de 1630.

    ci-dessous

    Un buffet d'orgue (20 jeux) datant du XVIIe siècle qui est l'œuvre du facteur flamand Charles de Royer. Ce buffet est classé.

    L’ancien four banal date au moins du XIVème siècle.

    Les habitant du village étaient obligés de cuire le pain dans le four du seigneur moyennant redevances appelées « banalités ».

    Le four banal fût abandonné avant la Révolution, puis transformé en habitation au XIXème siècle et partiellement ruiné au milieu du XXème siècle.

    ci-dessous Four banal

    Lavoir du Mail

    Ce très bel édifice de style néo-classique fût édifié en 1840. Son bassin circulaire et ses 16 colonnes doriques sont en pierre de Chamaret.

    ci-dessous Lavoir du Mail

    Ce lavoir garde la mémoire des lavandières bavardant et tapant avec leurs battoirs sur le linge blanchi ensuite au soleil et vite séché par le mistral.

    http://www.grignan-guide.fr


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique