• On voit tout le temps, en automne,

    quelque chose qui vous étonne,

    c'est une branche, tout à coup,

    qui s’effeuille dans votre cou.

     C'est un petit arbre tout rouge,

    un, d'une autre couleur encor,

    et puis, partout ces feuilles d'or

    qui tombent sans que rien ne bougent.

     

    Nous aimons bien cette saison,

    Mais la nuit si tôt va descendre!

    Retournons vite à la maison,

    Rôtir nos marrons dans la cendre.

    Gros bisous doux de Chrys!


    6 commentaires
  • Dans le parc...

    Dans le parc aux lointains voilés de brume, sous
    Les grands arbres d’où tombe avec un bruit très doux
    L’adieu des feuilles d’or parmi la solitude,
    Sous le ciel pâlissant comme de lassitude,
    Nous irons, si tu veux, jusqu’au soir, à pas lents,
    Bercer l’été qui meurt dans nos cœurs indolents.
    Nous marcherons parmi les muettes allées ;
    Et cet amer parfum qu’ont les herbes foulées,
    Et ce silence, et ce grand charme langoureux
    Que verse en nous l’automne exquis et douloureux
    Et qui sort des jardins, des bois, des eaux, des arbres
    Et des parterres nus où grelottent les marbres,
    Baignera doucement notre âme tout un jour,
    Comme un mouchoir ancien qui sent encore l’amour.

    (Albert Samain, Le chariot d’or)


    2 commentaires
  • "L'amitié est un parapluie qui a le défaut de se retourner quand il fait mauvais temps"

    ( de Pierre Véron)


    3 commentaires
  • L'Automne est une demeure  d'Or et de pluie.


    4 commentaires
  • L’automne

     De boue le chemin est devenu.
    Les arbres encore vivement vêtus.
    La pluie récente parfume l’air.
    Un million de feuilles se couchent par terre.

    A la descente de la brume,
    le bois secret s’allume.
    L’enchantement est divin,
    le temps n’a plus de fin.

    Errer dans le bois,
    voler du passé,
    ramasser du thym
    gentiment faire du thé.

    Rarement le silence reste
    dans ce ruisseau fascinant.
    Caresser tout le savoir
    dans les bras de maintenant.

    Chloe Douglas, 1991


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique