• Ce pianiste apaise les éléphants aveugles en leur jouant de sublimes mélodies

    Des éléphants aveugles et un pianiste vivant en Thaïlande, de la musique classique… A priori, cette énumération semble bizarre et improbable.

    Pourtant, un artiste répondant au nom de Paul Barton en a fait son credo : il joue au piano du Bach ou du Beethoven à des éléphants aveugles et ça semble plaire à ces géants pachydermes.

    de nombreux éléphants vivent dans les forêts de teck thaïlandaises et ont eu la même expérience que l'éléphant Lam Duan.

    Ces éléphants sont victimes de la déforestation et ont perdu leur habitat et leur liberté. Ils sont devenus des esclaves, transportant de lourdes bûches de bois à travers la jungle.

    Leurs corps sont maltraités et leurs blessures causées par le travail ne sont pas soignées. Ils sont ensuite déclarés «sans emploi».

    On dit souvent que la musique adoucit les mœurs et qu’elle peut guérir les blessures. Ces devises, Paul Barton les a adoptées pleinement. Cet artiste et musicien talentueux s’est installé en Thaïlande depuis quelques années et s’est découvert un public hors du commun : des éléphants aveugles ou malvoyants. Après avoir une fois joué du piano avec un éléphant nommé Peter, il a découvert que jouer de la musique classique aux pachydermes avait un effet apaisant sur eux.

    Si vous souhaitez regarder la vidéo pensez à couper le son de YouTube dans la colonne de gauche.

    C’est dans un sanctuaire nommé « Elephant’s World » où l’on recueille des éléphants sauvés que Barton a installé son piano pour la première fois.

    Les pensionnaires sont tous plus ou moins aveugles. La première fois, le pianiste a joué des pièces de Bach pour Lam Duan, un vieil éléphant femelle aveugle presque toute sa vie. Au rythme des notes, le pachyderme se balance lentement et doucement comme s’il était bercé par le son du piano.

    Lam Duan n’est pas le seul auditeur de Paul Barton. Il a joué également pour Romsai, un éléphant mâle presque aveugle et qui semble avoir une préférence pour Beethoven.


     Ces concerts privés d’un genre nouveau semblent démontrer qu’il est possible de nouer un rapport profond et doux avec des animaux sauvages aussi imposants que les éléphants et qu’ils apprécient particulièrement ce qu’ils entendent.

    Alphonse de Lamartine à dit :

    On n’a pas deux cœurs, un pour les animaux et un pour les humains. On a un cœur ou on n’en a pas. 

      https://dailygeekshow.com/piano-elephants-aveugles/ 

     


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique