•  Pour la première fois depuis 70 ans, des éléphanteaux jumeaux sont nés en captivité au Sri Lanka.

    Deux éléphanteaux jumeaux sont nés en captivité au Sri Lanka, un événement rarissime qui ne s’était plus produit depuis 1941.

    Cette photo prise à l'orphelinat des éléphants de Pinnawala au Sri Lanka le 31 août 2021 montre l'éléphant Surangi de 25 ans avec ses jumeaux nés le 31 août 2021 à près de cinq heures d'intervalle, ce qui en fait la première naissance de ce type dans l'établissement créé en 1975 situé à 90 km au nord-est de la capitale Colombo. . (Photo, AFP)

      Éléphanteaux  jumeaux au Sri-Lanka

     « Les deux éléphanteaux et la mère se portent bien (…) les bébés sont relativement petits, mais ils sont en bonne santé », a déclaré à l’AFP Renuka Bandaranaike, directrice de cet établissement unique en son genre, qui abrite 81 pachydermes.

     Éléphanteaux  jumeaux au Sri-Lanka

     Fondé en 1975 pour préserver les éléphants sauvages errants, cet orphelinat est une attraction touristique très prisée des Sri Lankais et autres touristes étrangers, mais ses portes sont actuellement fermées en raison de la pandémie de Covid-19.

    L’an dernier, un cas de naissance gémellaire similaire avait déjà été observé à l’état sauvage dans le parc national de Minneriya, à l’est de l’île.

     De bonnes nouvelles pour la préservation de ces animaux considérés comme sacrés, dans ce pays dont la religion dominante reste le bouddhisme.

     Éléphanteaux  jumeaux au Sri-Lanka

    Très engagé dans la lutte contre les violences envers les pachydermes, le Sri Lanka vient de voter une nouvelle loi prévoyant la confiscation de l’animal ainsi qu’une peine de 3 ans de prison, si des faits de maltraitances sont avérés.

    Les défenseurs des animaux estiment qu'une quarantaine de bébés ont été enlevés dans les parcs nationaux pour être domestiqués, ces 15 dernières années.

     Pour rappel, le Sri Lanka recense 200 éléphants domestiqués et environ 7 500 spécimens à l’état sauvage.

     https://www.demotivateur.fr

    Animal Noble et Rustique à Respecter au plus haut ... Point

    Bonne Journée à Tous ! Bisous de Chrys


    7 commentaires
  • Je ne cesserai jamais de vous parler des animaux.

    Voilà encore une histoire qui me tient à cœur et je la partage avec vous.. J'espère que les visiteurs anonymes qui passent voir mon blog ils sont très nombreux  et je les remercie beaucoup prendront conscience de la gravité des horreurs que subissent ces pachydermes.

    Maltraités, dos cassés, enchainés, torturés, c’est le calvaire des éléphants en Thaïlande.

    Faut-il interdire le tourisme

     Cette vidéo a été diffusée sur TMC pour l’émission de Martin Weill – Faut-il interdire le tourisme ? Et elle est très préoccupante.

    Avec l’arrivée des compagnies low cost, le tourisme de masse a suivi et avec lui certes il y a des rentrées d’argent pour les populations locales mais aussi un drame écologique que l’on a du mal a évaluer tellement son impact sur la faune et la flore est important.

    Mais aussi certaines villes qui deviennent des musées à ciel ouvert, comme Venise, Paris ou Amsterdam… Et malheureusement, il se cache aussi beaucoup de souffrance animale et des problèmes de gestion des déchets.

    Martin Weill est allé en Thaïlande à la rencontre des Mahout, ces dresseurs d’éléphants pour qui la tradition passe avant tout.

    Pour couper la musique sur youtube c'est dans la colonne de gauche du blog.

    vous verrez vers  la fin du reportage la caméra n'a pas été autorisée de filmer . c'est filmé en caméra discrètement, pour ne pas montrer ce qu'ils font subir à ces éléphants quand les touristes sont plus là..

     Faut-il interdire le tourisme

    En Thaïlande par exemple, il y a de nombreux parcs à éléphants pour touristes. Partout sur le territoire, on leur propose de se promener à dos d’éléphant et même de participer avec eux à des spectacles, où les pachydermes peignent, jouent au foot, font semblant de se battre…

    Sur cette vidéo vous entendrez un ex volontaire Julien Maïmoun

     Derrière cette carte postale se cache une dure réalité : des éléphants dressés à coups de crochet, dans des cages et torturés, enchaînés des heures durant et terrorisés pour le simple plaisir des touristes de passage.

     https://sain-et-naturel.ouest-france.fr

    ********************

    Il faut arrêter le tourisme de masse. Tous ces animaux n'ont pas été créés pour servir d'attraction, pour le plaisir des touristes, et surtout pas pour subir des sévices.

    que ferons nous quand nous les aurons tous massacrés ???????

    Vivre et laisser vivre c'est pas compliqué.

    Faut-il interdire le tourisme


    6 commentaires
  • Cette histoire est vraiment très belle et émouvante.

    Des éléphants ont pleuré la mort de l’homme qui les avait sauvés des braconniers.

    Lawrence Anthony, une légende en Afrique du Sud et auteur de 3 livres dont le best-seller The Elephant Whisperer, a courageusement sauvé la faune contre les atrocités de l’homme y compris le sauvetage courageux des animaux du zoo de Bagdad lors de l’invasion américaine en 2003 et a réhabilité des éléphants dans le monde entier.

    Une histoire étonnante

    il est également connu comme « L’homme qui murmurait à l’oreille des éléphants. » Cette histoire date d’il y a quelques années, mais elle mérite que l’on revienne dessus.

    Une organisation locale de protection des animaux protégeait un troupeau d’éléphants dans la réserve contre les braconniers. Le troupeau avait déjà subi des traumatismes à cause du braconnage, ils se montraient donc méfiants envers les humains. Ils étaient même devenus agressifs et dangereux avec les humains. Lawrence Anthony est venu en aide à l’organisation. Il a décidé que la seule façon de les sauver était de vivre avec eux .

    Une histoire étonnante

     L'hommage des éléphants

    Le 7 Mars 2012 Lawrence Anthony est mort d'une crise cardiaque . Deux jours après son décès, les éléphants sauvages se sont présentés à son domicile menés par deux grandes matriarches. D’autres troupeaux sauvages sont arrivés séparément en masse pour dire au revoir à leur ami humain bien-aimé. Un total de 31 éléphants ont patiemment marché plus de 20 kms pour se rendre à sa maison en Afrique du Sud.

    Françoise Malby-Anthony son épouse    

    était particulièrement touchée, sachant que les éléphants n’étaient pas revenus chez lui depuis plus de 3 ans ! a vu le troupeau s'approcher et rester plusieurs heures à côté de leur maison. Ils sont revenus l'année d'après et l'année suivante au même jour et à la même heure.

    Une histoire étonnante

    S’il fallait avoir une preuve de la merveilleuse interdépendance de tous les êtres vivants, la voilà avec les éléphants de la réserve de Thula Thula. Le cœur d’un homme s’arrête, et le cœur de centaines d’éléphants est en deuil. Le cœur de cet homme a offert la guérison a ces éléphants, et maintenant, ils sont venus pour rendre un hommage affectueux à leur ami. »

       Une histoire étonnante

    « Un homme bon est mort subitement, dit le rabbin Leila Gal Berner, Ph.D., et à plusieurs kms de distance, deux troupeaux d’éléphants qui ont détecté qu’ils avaient perdu un ami cher, ont commencé a se déplacer comme dans une procession solennelle, presque funèbre jusqu’à la maison du défunt pour montrer leur respect à sa famille… 

    Une histoire étonnante

    Alors, comment après la mort d’Anthony, ces éléphants de la réserve qui vivent dans des régions éloignées du parc ont-ils su ?

    La famille d’Anthony ne sait toujours pas comment les éléphants ont su qu’il était décédé.

    Comme nous le savons, les animaux sont capables de ressentir toute une gamme d’émotions humaines.

    Et récemment, le Dr Marc Bekoff, spécialiste de renommée mondiale du comportement animal et cofondateur avec Jane Goodall de « Ethnologists for the Ethical Treatment of Animals », a déclaré que les scientifiques en apprenaient de plus en plus sur les capacités cognitives des animaux.

    Une histoire étonnante

    L’empathie chez les animaux

    De plus en plus de recherches indiquent que les animaux peuvent ressentir de l’empathie. Le Dr James C. Harris de l’Université Johns Hopkins dit que l’empathie est probablement plus répandue chez les espèces qui s’associent à des groupes sociaux.

    Il décrit l’empathie comme «un mécanisme évolutif pour maintenir la cohésion sociale». Cela signifie que les animaux qui dépendent de groupes pour survivre doivent être plus en phase avec ce que ressentent leur entourage.

     Voir vidéo

    Il existe de nombreuses histoires incroyables qui semblent prouver que les animaux peuvent ressentir des émotions.

    https://sain-et-naturel.ouest-france.fr

    plus d'info  sur la réserve animalière le parcours et l'évolution : https://photo.geo.fr

    ****************

    Cette histoire est vraiment très belle elle m'a ému.

     La reconnaissance animale ... Un hommage à celui qui les comprenait Et respectait ! un homme bon!

    Les éléphants sont très intelligents, ils ont la notion de solidarité entre eux ;ils sont majestueux et possèdent une sagesse ancestrale .

    Nous devons lutter pour les protéger...


    13 commentaires
  • Au Kenya, une belle histoire de respect et d’amitié entre des éléphants et une association qui leur vient en aide.

    Une maman éléphant rend visite au refuge qui l'a sauvé, accompagnée de son bébé

     

     L’éléphant est un animal fascinant. Dotés d’une forte intelligence, ces pachydermes, qui sont les plus gros animaux terrestres, sont aussi munis d’une mémoire remarquable. La preuve une fois de plus.

     Fortement menacée en raison de leurs défenses qui attisent les braconniers, la population d’éléphants est aujourd’hui estimée à près de « 415000 individus environ », d’après la WWF. Heureusement, on peut compter sur des associations en Afrique et partout ailleurs pour préserver ces pachydermes et leur assurer une vie à l’écart des dangers du braconnage.

    C’est le cas de l’association Sheldrick Wildlife Trust (SWT) basée au Kenya. Cette association vient en aide aux éléphants orphelins et prend soin d’eux avant de les relâcher dans la faune sauvage une fois adulte. C’est ce qui s’est passé avec Loijuk, recueillie en 2006 à l’âge de 5 mois. Loijuk n’a jamais oublié ses sauveurs et ainsi, elle revient chaque mois dans le sanctuaire rendre visite aux gardiens.

    ci-dessous

     Afin de faire plus ample connaissance,

    Benjamin  le gardien a pu « s’approcher de Lili (qui s’est nichée entre ses jambes), caresser sa peau fragile d’éléphanteau et respirer dans sa trompe, ce qui lui permet ainsi de le reconnaitre via son odeur », a fait savoir Rob Brandford, le directeur de SWT au journal The Dodo. Il explique cette dernière pratique : « les éléphants ont une mémoire et un odorat incroyables, et nos gardiens respirent souvent dans les trompes des orphelins pour qu’ils puissent les reconnaitre », ajoute-il.

     Ce mois-ci, Benjamin Kyalo et son équipe ont eu la joie de retrouver Loijuk avec une surprise. En effet, cette dernière est arrivée en compagnie de son nouveau-né, de quelques jours seulement, pour la présenter à son ancienne famille. Très vite adoptée par les bénévoles, la petite pachyderme a été prénommée Lili.

    Cette visite a permis au refuge de veiller sur la jeune éléphanteau, sa démarche et son régime afin qu’elle puisse rejoindre le troupeau avec sa maman dans les meilleures conditions, à la vie sauvage.

    Ce jolie moment a été immortalisé en vidéo.

     

     Lili est le 31ème éléphanteau né d’un pachyderme orphelin recueilli par la SWT. Leurs actions permettent de maintenir un chiffre constant en terme de population d’éléphants dans la réserve de Tsavo. De plus, les animaux sont toujours aussi fidèles et reconnaissants pour les personnes qui les ont sauvés. Une belle victoire pour Rob Brandford : « Nous avons hâte de voir cette petite éléphant grandir dans la nature ».

    https://www.demotivateur.fr

    Merveilleux de voir cela , savoir qu'il y a encore des personnes qui soignent et respecte les animaux... ça fait chaud au cœur....

    Histoire touchante


    5 commentaires
  •  Une photo déchirante d’éléphants qui mangent des déchets remporte le premier prix

    Une photo poignante d’un troupeau d’éléphants mangeant des déchets dans une décharge au Sri Lanka a remporté le premier prix du concours de photographie de la Royal Society of Biology (RSB) de cette année. Le cliché a été pris par le photographe Tharmaplan Tilaxan, rapporte la BBC.

    La décharge se trouve dans le district d’Ampara, à proximité d’une forêt habitée par les éléphants, et n’est pas clôturée pour empêcher les animaux d’y entrer. Le troupeau, composé de 30 bêtes, compte un certain nombre de petits et a l’habitude de s’alimenter à la décharge tout en se rapprochant des villages de la région.

    Outre les conséquences néfastes de cette zone polluée pour les animaux et l’environnement, on craint que les éléphants n’aillent chercher plus de nourriture dans les villages, ce qui pourrait entraîner des tensions entre l’humain et la faune.

    photo Tharmaplan Tilaxan

    « En raison de la consommation involontaire de microplastiques et de polyéthylène, de grandes quantités de polluants non digérés ont été trouvées dans les excréments de ces animaux sauvages », a déclaré Tilaxan. « Un certain nombre d’autopsies pratiquées sur des cadavres d’éléphants ont révélé la présence de produits plastiques et de polyéthylène non digérés dans le contenu de leur estomac. »

    photo Tharmaplan Tilaxan

     « Malgré plusieurs tables rondes avec les autorités qui ont permis de trouver de nombreuses solutions – notamment la construction d’une clôture renforcée autour de la décharge –

    aucune mesure n’a été prise pour empêcher les éléphants sauvages d’Oluvil à la recherche de nourriture de pénétrer dans les zones urbaines, principalement dans les décharges », a-t-il ajouté.

    photo Tharmaplan Tilaxan
     

     L’éléphant d’Asie est classé « menacé » par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Selon le National Geographic, la population a diminué d’environ 50 % au cours des 75 dernières années, et on estime qu’il reste entre 20 000 et 40 000 éléphants

    d’Asie dans la nature.

    photo Tharmaplan Tilaxan

    « La fréquence des pertes d’éléphants est un appel à tous les intervenants à s’unir et à trouver une solution qui permettra de résoudre ce problème le plus rapidement possible », conclut Tilaxan.

    https://www.ipnoze.com/

    *************************

    Mais comment peut-on accepter ça !! c'est honteux !  c'est terrible pour la faune sauvage.

    pauvres éléphants en voulant se nourrir ils ne savent pas qu'ils mettent leur vie en danger. 

    Les autorités attendent quoi pour prendre une décision! pauvre planète et pauvres animaux.. Honte aux humains...

     Des éléphants affamés


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique