•  Darwin à la rencontre des iguanes

    Lors de son voyage dans les îles Galápagos, Darwin découvre l’iguane marin qu’il qualifie de "lutin des ténèbres".

    L'expédition s’arrête plusieurs semaines sur les îles Galápagos, dans l'Océan Pacifique, au large de l'Équateur. Ces îles forment un archipel composé d’une quarantaine d’îles volcaniques et de rochers et constituent aujourd'hui, avec un parc national et une réserve marine exceptionnels, un site du patrimoine mondial de l’Unesco.

    Découvrons cet iguane hors du commun.

    Îles Galapágos

    Les iguanes marins , qui peuvent mesurer jusqu'à 1,70 mètres , pullulent dans ces îles.  

    Charles Darwin, fils de médecin et petit-fils de botaniste, est passionné par les sciences naturelles. Destiné à devenir pasteur, Darwin accepte un poste de naturaliste à bord du HMS Beagle, navire britannique

    du 19e siècle. Le jeune naturaliste anglais part en voyage d’exploration scientifique, le but initial de l’expédition étant d’effectuer des mesures et des relevés cartographiques de la côte de l’Amérique du Sud. 

     C’est sur les îles Galápagos que Darwin découvre l’existence d’espèces proches des lézards, les iguanes, et en particulier une espèce marine. Les observations de Darwin permettront de comprendre plus tard que l'iguane marin est le résultat d'une évolution d'une forme d'iguane terrestre. Peu séduit par l’apparence de ces iguanes aux couleurs sombres et aux déplacements lents, Darwin les qualifiera de "lutins des ténèbres".

    Iguane marin

    L’iguane marin est le seul lézard marin au monde. C'est un animal ectotherme (à sang froid) de couleur sombre, gris ou noir le plus souvent. Les populations d'iguanes marins diffèrent en taille et en couleur selon l'île sur laquelle ils vivent. Les mâles adultes mesurent jusqu'à 1,70 m et peuvent peser jusqu'à 15 kg. Les femelles peuvent quant à elles atteindre 1 m de longueur. 

    D'abord terrestre
    Les premiers iguanes des Galápagos étaient terrestres et sont probablement arrivés d’Amérique du Sud par radeaux naturels, il y a quelques millions d’années. Au cours du temps, ils se sont adaptés à leur nouvel environnement et ont constitué une espèce terrestre différente de celle de leurs ancêtres. 
    La plupart de ces iguanes sont restés terrestres mais certains, peut-être à cause d’une sécheresse et d’un manque de nourriture, ont commencé à se nourrir d’algues prélevées sur les côtes et ont fini par s'adapter à la vie en milieu marin.

    Iguane terrestre

    Les iguanes terrestres des Galapagos 

    Ces espèces font partie des plus primitives de la famille des iguanes.

    L’iguane terrestre des Galapagos (Conolophus subcristatus) est originaire de six des îles et l’iguane terrestre de l’île de Santa Fe (Conolophus pallidus) est donc originaire de Santa Fe.

    Il se nourrit principalement de cactus et de leurs inflorescences (en particulier d’Opuntia), dont il gratte avec ses pattes les épines les plus grosses. Cela lui apporte entre autres de l’humidité, l’eau douce étant rare… Les jeunes se nourrissent également d’insectes.

    Il fait en moyenne 1,2 mètres et peut atteindre 13 kg.

    Iguane terrestre

    Ils sont territoriaux et dorment dans des terriers pour conserver leur chaleur corporelle la nuit, et sont en danger depuis l’introduction de certaines animaux domestiques sur les îles.

    Il existe également un iguane rose des Galapagos qui a été découvert en 1986 et décrite en 2009 du même genre, Conolophus marthae, sur l’île Isabela.

    Iguane terrestre

    L'iguane marin un bon nageur
    L'iguane marin nage parfaitement bien, il peut rester environ une heure sous l'eau et, même s'il nage le plus souvent près de la surface, est capable de plonger jusqu'à 20 mètres de profondeur. Pour moins se fatiguer, la fréquence cardiaque de l'iguane marin ralentit beaucoup lorsqu'il plonge, son cœur ralentit jusqu'à 8 à 9 battements à la minute. Il peut même s'arrêter de battre pendant 3 minutes !

    Une peau qui change de couleur

    L’iguane marin plonge dans l’eau pour se nourrir ou récupère sa nourriture sur l’estran, terrain découvert par la mer à marée basse. Le corps de l’iguane se refroidit vite dans l’eau qui est plus froide que l’air. Une fois repu, il se prélasse sur les rochers pour se réchauffer hors de l'eau. Sa peau est noire à sa sortie de l’eau et se révèle rouge une fois sèche.
    Les mâles adultes changent de couleur selon les saisons. Ils peuvent, selon l'île, arborer des couleurs rouge et bleu-vert, rouge brique et noir ou rouge brique et vert foncé.

    Des algues très (trop !) salées

    Les algues marines ingérées par l’iguane sont trop salées pour son organisme. L’iguane utilise sa glande à sel logée dans son nez pour évacuer le surplus de sel. Il lui suffit d’éternuer pour se décharger de ce sel supplémentaire. Ces éternuements à répétition donnent aux narines des iguanes une couleur blanche bien caractéristique !

    Leur nombre sur les rochers et plages

    est impressionnant sur certaines îles !

    Ils peuvent ajuster leur taille (dont leur os !!) en fonction du contexte d’alimentation : l’alimentation vient à manquer, ils réduisent leur taille durant la période de famine pour ensuite reprendre leur taille initiale !

    Vidéo

    Ces image ont été tournées au nord de l’île Isabela (Galapagos) par Steve Winkworth. Elles sont d’une qualité exceptionnelle et permettent d’observer dans le détail comment l’iguane marin se déplace sous l’eau, comment il cherche sa nourriture et comment il utilise sa queue pour remonter à la surface.

     

    Un iguane marin filmé sous l'eau : des images captivantes !

    Parfois, on a même l'impression de voir une silhouette humaine (notamment du côté des bras) ! Beau, troublant et spectaculaire.

    Une espèce protégée

    Saviez-vous que les iguanes ont un 3ème œil au dessus de la tête, appelé œil pinéal ou pariétal ? Cela leur permet de repérer l’arriver d’un prédateur (en détectant l’ombre par exemple) sans lever la tête même s’il ne voit pas comme avec leur deux vraies yeux, il serait d’ailleurs le vestige d’un vrai oeil. Il est utile également à leur thermorégulation en adaptant les contrastes de leur robe à la luminosité.

    L'iguane marin est une espèce endémique, c'est-à-dire qu'il ne vit que dans une région précise de la planète, en l'occurrence dans les îles Galapágos au large de l'Équateur. Il est très important de protéger son habitat pour assurer sa survie.

    La sélection naturelle

    Dans la nature, les êtres vivants n'ont pas tous les mêmes chances de survie. Ils naissent chacun avec de légères différences. Ceux qui portent des caractères avantageux, dans le milieu naturel dans lequel ils vivent (par exemple, un grand cou pour attraper de la nourriture en hauteur ; une fourrure pour se protéger du froid ; des grandes pattes pour courir vite), survivent et se reproduisent en plus grand nombre. Générations après générations, ces caractères avantageux se font donc plus fréquents dans la population. Ce phénomène est appelé la sélection naturelle.

    leurs griffes acérées et préhensiles leur permettent de mieux s’accrocher aux rochers quand l’océan est agité par les vagues et les courants,

        leur queue robuste et aplatie leur sert de gouvernail et les aide à mieux nager dans les courants,

        leur peau noire se fond sur les roches volcaniques, et surtout, leur permet d'absorber la chaleur et ainsi de se réchauffer plus vite après un bain dans l’eau froide.

    Vidéo

    Et pour terminer cet article, la fuite impressionnante d’un bébé iguane marin au Galapagos extrait d’un très bon documentaire de la BBC. Décidément les bébés reptiles n’ont pas une vie facile, entre les bébés tortues qui doivent se précipiter vers la mer et les bébés iguanes…

    Heureusement sur cette vidéo l'histoire ce termine bien.

    finalement, cet animal semble encore plus mystérieux ! Un beau spectacle.

     

    https://fr.vikidia.org

    www.cite-sciences.fR


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique