• Léonard de Vinci

    Léonard est né en 1452 à Vinci, bourgade perdue dans les plis et replis que forment les monts Albano. Son père , notaire, fils de notaire, était ser Piero ; sa mère, une jeune paysanne du nom de Catarina. Sa naissance mit fin à l'idylle : ser Piero la même année sagement se maria, et Catarina suivit son exemple

    Léonard fut élevé chez son père et de bonne heure montra les plus rares aptitudes. Ser Piero le fit entrer dans l'atelier de Verrocchio, en 1470 au plus tard. On conte que, chargé par son maître de peindre la figure d'un ange dans un Baptême du Christ, il réussit si bien que la figure qu'il avait peinte attira tous les regards et se détacha de l'œuvre au lieu de s'y confondre. On a pu soutenir que Verocchio lui-même avait subi l'influence de son élève.

     

    Quelques une de ses Oeuvres période : 1470 à 1490

    L'annonciation

    Mona Lisa la Joconde portrait achevé 1505/1506

    La Madone à l'oeillet

    Jeune Fille à l'hermine

    La Vièrge aux rochers

    Saint Jean-Baptiste sous les attributs de Bacchus

     

    Le 13 sept. 1515, la victoire de Marignan donnait à François Ier le duché de Milan. A peine informé de l'arrivée des Français, le Vinci quitte Rome et va rejoindre le roi à Pavie. En déc. 1515, il revoyait pour la dernière fois Milan, sa seconde patrie, et il se rendait en France, où François Ier, qui l'aimait, lui donnait pour résidence l'hôtel du Cloux, dans le voisinage du château d'Amboise, et lui assurait une pension de 700 écus. C'est là qu'après plusieurs mois de maladie, le 2 mai 1519, il expirait. On sait la légende qui fait mourir le grand artiste dans les bras du roi de France. La vérité est que, le jour de la mort de Léonard, le roi était à Saint-Germain-en-Laye. Des grandes œuvres du Vinci, nous l'avons vu, la plupart ont été détruites ou sont perdues; ses croquis, pleins de verve, ses nombreux dessins, qui valent parfois des oeuvres achevées, quelques tableaux précieux, suffisent à le mettre au nombre des peintres qui peuvent disputer le premier rang. Son rare génie est fait de l'harmonie des dons contraires qui égalent en lui le savant à l'artiste. Ses sentiments sans cesse passent par son esprit et ses idées par son cœur: «Plus on connaît, plus on aime». Le charme rare de ses oeuvres est dans et subtil mélange d'analyse et d'émotion, d'exactitude et de fantaisie, de naturel et de spiritualité, dans ce réalisme psychologique d'un artiste qui pense que l'esprit est partout présent et doit partout apparaître: la Pittura è cosa mentale.

     

     

    « RembrandtCorrida : à Alès »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    3
    Jeudi 27 Février à 15:54

    J'ai visité le clos lucé à Amboise ou Léonard à vécu, non seulemant ses tableaux sont magnifiques, mais il était un excellent ingénieur. Merci pour ta visite, bisous, Malou

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    patbad28
    Dimanche 14 Septembre 2014 à 10:23

     

    Mon petit bonjour du dimanche matin, j’espère que tout se passe pour le mieux pour toi. Temps gris et maussade sur l’alsace, cela nous empêcheras pas de sortir, marché aux puces dans un village voisin. Serait de l’aprèm, passe une excellente semaine, a+, bisous, patrick.

     http://patbad28.centerblog.net

    1
    Mardi 8 Octobre 2013 à 17:07

    Bonjour Chrystale,

    Très bonne rubrique sur les peintres, qui donne envie d'en savoir plus sur eux.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :