• Les petits métiers de Paris vers 1900

    Au début du XXe siècle, le photographe Louis Vert a capturé des images touchantes du "petit peuple" parisien, à redécouvrir aujourd'hui grâce à la Société française de photographie (SFP)

     http://www.linternaute.com/actualite/histoire

      

    Chauds, les marrons !

    La vente de marrons chauds, une vraie tradition en France, puisque ce vendeur attirait déjà les passants à Paris, au début du XXe siècle.
      Louis Vert / Société française de photographie

     

    Des clichés instantanés

    une femme balayant les trottoirs et caniveaux

    Lors de l'hommage rendu à Louis Vert en 1925, quelques mois après sa mort, la Société d'Excursions des Amateurs de Photographies soulignait la qualité du travail de cet artiste amateur. "L'instantané en photographie n'est pas toujours facile et bien que nombre d'amateurs le pratiquent couramment, bien peu arrivent à des résultats vraiment intéressants". (Louis Vert, photographe de l'animation de la rue à Paris, Alain Fourquier, "Au bibliophile parisien")
     
    Louis Vert / Société française de photographie

     

     

    une clocharde

    Le photographe amateur Louis Vert était issu d'un milieu modeste, d'où peut-être la proximité avec les Parisiens "simples" qu'il a immortalisés, qui se dégage de ses clichés. Parallèlement à sa passion pour la photographie, il exerçait le métier d'imprimeur, dans l'imprimerie familiale.
      Louis Vert / Société française de photographie

     

    un rémouleur

    Les clichés de Louis Vert constituent un vrai témoignage historique. Outre les petits métiers et ouvriers aux activités disparues, celui-ci avait également photographié les clochards à Paris.
      Louis Vert / Société française de photographie

     

    Cartes postales et paniers

    Sur cette image apparaît la petite pancarte "les cartes postales des Halles se vendent au 106 rue de Rambuteau". Au haut de l'échelle, l'appareil photo.
      Louis Vert / Société française de photographie

     

    A l'affût des "cris de Paris"le vitrier

    Louis Vert, à travers ses clichés, était à la recherche des "cris de Paris", prononcés par ces personnages ambulants qui trottaient sur le pavé parisien et peu à peu remplacés par des kiosques et autres boutiques.
      Louis Vert / Société française de photographie

     

    Un pionnier du photo-reportage

    En 2009, des photos de Louis Vert ont été exposées au Jeu de Paume. Le catalogue de cette exposition sur "les amateurs photographes autour de 1900 dans les collections de la Société française de photographie" décrivait cet homme comme un "pionnier du photo-reportage".
      Louis Vert / Société française de photographie

     

    Un peintre à l'ouvrage

    Dans sa série photographique, Louis Vert n'a pas seulement immortalisé les marchands de la capitale. Les artistes ont aussi leur place sur le pavé.
      Louis Vert / Société française de photographie

     source  http://www.linternaute.com/actualite/histoire

    « L'indifférenceLes petits métiers de Paris vers 1900 »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    6
    Lundi 12 Décembre 2016 à 11:20
    5
    Lundi 12 Décembre 2016 à 11:18

    J'ai connu ce vieux Paris.

    Le lion de Belfort, le parc Montsouris, La bute Montmartre et son funiculaire pour monter jusqu'au sacré-Cœur, la gare de Lyon où je prenais le train pour aller travailler, Montreuil, la porte Saint Martin, Le 57 rue de faubourg Saint-Denis ou nous avons habité ma mère et moi, la rue Mouffetard: il existe un récitation de Victor Hugo sur cette rue mythique, et bien d'autre endroits encore... Je suis née à Paris à l'hôpital Beaujon. Merci pour les photos de ce vieux Paris que j'ai bien connu avec, ces raccommodeurs de porcelaine, ces "Vitriers" ces rémouleurs, les marchandes de quatre saisons, les fleuristes au coin des rues, les kiosques sur lesquels on collait des affiches, Je jardin d’acclimatation, le bois de Boulogne et son lac ou se promenaient de beaux cygnes, et ou j'ai fais de la barque, et au milieu,  sur une petite île, se trouvait son restaurant. Tout ça bien avant que les filles de joies s'y installent et racolent en voiture... J'ai habité Boulogne Billancourt, près de la station de métro ou je travaillais tout près de usines Renault. et j'en aurais encore à dire, mais je m'arrête. merci encore pour cette rétrospective. J'ai quitté Paris en 1971. Paris me manque, pourtant, je sais que je ne pourrais plus jamais y retourner. Amicalement, Ghis.

     

    La Bute Montmartre ses interminables escaliers et ses lampadaires

     

    4
    Lundi 30 Septembre 2013 à 08:46

     

                             BISOUS

     

     

    3
    Dimanche 29 Septembre 2013 à 18:01

    Coucou Chrystale ! C'est bon de se rappeler tous ces souvenirs !!! Comme la vie a changé ! Le progrès n'en fini pas ! On a juste le temps de s'habituer et hop ça change encore !!!

    Bonne fin de journée chrystale et très bonne semaine

    2
    Samedi 28 Septembre 2013 à 19:36

     Bonsoir Chrystale ! merci de ta visite qui ma fait plaisir !! de magnifiques créations se trouve sur ton blog !! ainsi que de belle carte postal anciennes !!! désolé pour l'autre fois que je t'ai pas laisser de commentaire ! je te souhaite de passer une bonne fin de soirée ainsi qu'un bon Dimanche amitié Didier !! 

    1
    Vendredi 27 Septembre 2013 à 15:59

    souvenirs,souvenirs.c'est bien de rappeler tous ces petits métiers de notre enfance,qui ont disparus avec le progrès!bonne fin de semaine.bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :