•  Communiqué de presse . Rapport très inquiétant

    Rapport Planète Vivante 2020 : Les activités humaines principales responsables du déclin de 68% des populations de vertébrés en moins d’un demi-siècle

    Les populations de vertébrés - poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles - ont chuté de 68% entre 1970 et 2016. C’est sur ce nouveau constat alarmant que s’ouvre l’édition 2020 du rapport Planète Vivante, analyse scientifique réalisée tous les deux ans par le WWF concernant la santé de notre planète et l'impact de l'activité humaine.

    collage d'animaux fait par mes soins

    Déclin de la planète

    Dans son rapport, le WWF s’appuie sur l’Indice Planète Vivante qui est calculé par la Société zoologique de Londres à partir de données scientifiques collectées sur 21 000 populations de plus de 4 000 espèces de vertébrés. Les conclusions sont édifiantes et dépassent même les prévisions : entre 1970 et 2016, le déclin moyen des populations de vertébrés est de 68% . Ce chiffre était de 60% en 2018 et de 58% en 2016.

    Déclin de la planète

     Les activités humaines, principales causes de destruction de la biodiversité

    collage d'animaux fait par mes soins

    Déclin de la planète

    Première cause directe de perte de biodiversité, la destruction des habitats s’explique surtout par la conversion d’habitats vierges et le changement d’utilisation des terres pour l’agriculture industrielle. Et cette dégradation concerne aussi les océans. Le dérèglement climatique, qui fait déjà partie des cinq menaces majeures, pourrait devenir la première cause de disparition des espèces, entraînant la disparition d’au moins 20% des espèces terrestres à horizon 2100.

     La production agricole représente 80% de la déforestation mondiale, 70% de l’utilisation d’eau douce et 70% de la perte de biodiversité terrestre.

    Déclin de la planète

     Si les activités humaines ont un impact sur l’ensemble des écosystèmes, les chiffres sont encore plus inquiétants pour les milieux d’eau douce - zones humides, lacs ou rivières - et les espèces – amphibiens, reptiles, poissons - qui en dépendent.

    Avec le chiffre de 84%, le déclin moyen y est le plus marqué. De la même manière, certaines régions du monde sont plus impactées par l’activité de l’Homme. C’est le cas des sous-régions tropicales des Amériques dont le déclin de 94 % de l’indice Planète vivante est le plus important jamais observé.

    Pas d’Hommes en bonne santé sur une planète malade

    La terre est entre nos mains

    Déclin de la planète

     Les pressions que nous exerçons sur la nature à travers nos modes de consommation et de production sont des menaces directes pour notre santé  elles sont en grande partie à l’origine de la crise sanitaire liée à la pandémie de COVID-19.

     Au-delà des enjeux sanitaires, la destruction des écosystèmes et la perte de biodiversité font aussi porter un risque considérable sur la sécurité alimentaire mondiale qui repose sur un grand nombre d’espèces sauvages (de plus en plus surexploitées) et cultivées (de moins en moins diversifiées).

    Sur les 6 000 espèces cultivées dans le monde, 9 fournissent de la production alimentaire mondiale

         Sur les 40 espèces animales domestiques, 8 fournissent 95% de la production alimentaire mondiale

         Sur les 700 espèces élevées en aquaculture, 10 fournissent 50% de la production alimentaire mondiale

    Déclin de la planète

      Le constat de notre rapport Planète vivante est révoltant et le manque d’action pour inverser la courbe de ce déclin inacceptable. Méga-feux, sécheresse, raréfaction de l’eau, baisse des rendements agricoles, intensification des catastrophes « naturelles », pandémie COVID-19…

    Nous sommes des victimes du déclin de la nature, et particulièrement les populations les plus vulnérables. Mais ce n’est pas une fatalité car nous sommes aussi des acteurs de changement. Il est urgent et impératif de se mobiliser pour préserver et restaurer les écosystèmes et pour garantir un avenir soutenable pour tous . Un seul mot d’ordre : agir maintenant et à la hauteur des enjeux ! »

    Véronique Andrieux, Directrice générale du WWF France

    lire la suite sur https://www.wwf.fr/

    Un rapport  WWF très alarmant !et très inquiétant!

    Déclin de la planète


    8 commentaires
  • Climat 

     l'augmentation des températures fait rétrécir les oiseaux, selon une étude américaine

    Très inquiétant

    Une étude menée par une équipe américaine a permis de constater une diminution de la taille des oiseaux de Chicago et l'allongement de leurs ailes. Des changements morphologiques probablement liés au changement climatique.

    Chaque matin, depuis 1978, David Willard s'est levé à 3h30 du matin pour recueillir les oiseaux morts écrasés contre les fenêtres des gratte-ciels de Chicago. Ce travail, poursuivi pendant quarante ans avec l'aide de scientifiques et de bénévoles du Field Museum et de l'université du Michigan, est le support d'une étude publiée mercredi 4 décembre dans Ecology Letters (article en anglais) et repérée par Le Monde.

    Sa conclusion est surprenante : les oiseaux sont de plus en plus petits et leurs ailes s'allongent de plus en plus, des changements morphologiques qui sont probablement liés au changement climatique.

    Très inquiétant

    Selon ces résultats, basés sur plus de 70 000 oiseaux, la masse corporelle des volatiles a diminué de 2,4%, quand la longueur des os de leurs pattes a baissé de 2,6%. Une diminution conjuguée à une augmentation de la taille des ailes de 1,3%. "L'ensemble des spécimens représentent 52 espèces qui, pourtant assez différentes en termes d’habitats, d’alimentation et de migration, ont toutes réagi sensiblement de la même manière", explique l'un des auteurs, Brian Weeks, dans Le Monde. Lié à la température dans les zones de reproduction

    Ces changements morphologiques sont corrélés à la température dans les zones où les animaux se reproduisent. Certaines années, la température moyenne a baissé et la masse des oiseaux a augmenté. Cette évolution, qui suit la règle de Bergmann, permet aux volatiles de maintenir leur température : une masse plus grande conserve mieux la chaleur. A l'inverse, lorsqu'il fait chaud, la masse diminue.

    Très inquiétant

    Quant à l'augmentation de la taille des ailes, elle permet de compenser la diminution de la masse corporelle lors du vol migratoire. Pour Brian Weeks, cité par Le Monde, "ces résultats sont optimistes car ils prouvent que les animaux sont capables de résilience". Il faut désormais savoir "jusqu'à quel point ces animaux pourront réellement s'adapter".

    La migration des oiseaux affectée par le réchauffement climatique

    Le réchauffement climatique affecte la vie sur Terre. La dernière étude en la matière suggère que des hivers plus chauds signifieraient moins d'oiseaux migrateurs.

    Très inquiétant

    https://www.francetvinfo.fr


    2 commentaires
  • 15  photographies alarmantes qui illustrent la dégradation de notre belle planète

    Les effets du réchauffement climatique et des activités polluantes de l’Homme sont de plus en plus inquiétants.

    Pourtant, malgré ces dommages environnementaux irrémédiables, beaucoup de gens refusent d’ouvrir les yeux.

    Le site « Population Speak Out »

    a donc décidé de montrer la dure réalité qui se cache derrière ces tragédies écologiques.

    Ainsi, ils ont regroupé des photographies incroyables et bouleversantes dans un livre disponible gratuitement sur Internet et qui va sans aucun doute vous faire réfléchir sur le sort de la Terre.

    99 % de la forêt nationale Willamette en Oregon est déboisée 

    Un paysage plein de détritus au Bangladesh

    La plus grande pelle du monde qui extrait du charbon de la mine Tagebau Hambach en Allemagne

    Nos déchets électroniques finissent généralement dans des pays du Tiers Monde. Ici, des ordinateurs qui viennent polluer à Accra au Ghana

    La zone de Tar-Rich au Canada, détruite par l’exploitation minière et par les déchets toxiques 

    Une énorme fonte d’iceberg près d’une île du Svalbard en Norvège 

    La forêt indonésienne transformée en plantation de palmiers 

    Un incendie sur une plateforme pétrolière dans le golfe du Mexique qui a eu lieu en avril 2010 

    Une partie de la forêt amazonienne brûlée pour être exploitée  

    Un albatros tué par l’ingestion massive de plastiques dans les îles Midway 

    Les champs de pétrole de Kern River, en Californie, exploités depuis 1899 

    Une vague pleine de détritus sur l’île la plus peuplée du monde, Java en Indonésie 

    Il y a 20 millions d’habitants dans la ville de Mexico 

    La plus grande pelle du monde qui extrait du charbon de la mine

    Tagebau Hambach en Allemagne 

    La plus grande mine de diamant au monde a formé un immense trou en

    Russie 

    Grâce à ces photos, on prend pleinement conscience des effets dévastateurs causés par notre mode de vie sur l’ensemble du monde. A la rédaction, ces clichés nous ont bouleversés.

    On espère que le livre « Surdéveloppement, surpopulation, excès »,

    illustrant l’état catastrophique de notre Terre, en fera réfléchir plus d’un.

    Avez-vous conscience de l’impact des actions humaines sur l’environnement ?

    http://soocurious.com/fr/


    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique