• le corps d'une femme est une colline,
    Ou l'homme peux partir en aventure,
    Il faut juste qu'il  imagine,
    Tout ce monde de nature.

    Un monde merveilleux remplis de verdure,
    Avec des formes majestueuses,
    Et même très pulpeuses,
    Le bout de ses seins en sont les sommets,
    Ou il peut se reposer.

    Ses hanches de vertes vallées,
    Ou il peut s'agripper,
    Entre ses jambes...une source,
    Ou il peut y déposer sa bouche,
    Quand son volcan,
    N'est pas en éruption,
    L'intérieur y est géant
    Et y procure de la satisfaction.

    Le corps d'une femme est une colline,
    Ou l'homme peut partir en aventure,
    Il faut juste qu'il imagine,
    Tout ce monde de nature.


    Poème publié  Juin 2012
    auteur laroserouge

     le corps d'une femme est une colline,

     

     


    2 commentaires
  • "Ces derniers temps, étant séparé de toi, je me rends compte que tu m'accompagnes dans ma vie quotidienne malgré la distance. Les plus petites choses te relient à moi : je bois mon café du matin en pensant à toi. Je regarde le soleil se coucher sur la mer en pensant que tu aimerais partager ce moment avec moi. Tout ce qui me parait beau me fait penser immanquablement à toi... J'ai hâte de te retrouver mais je sens que loin de m'avoir éloigné de toi, ce petit séjour m'aura au contraire permis de réaliser à quel point nous sommes proches."


    1 commentaire
  • Je ne suis qu’une ombre,
    La journée je déambule, sans but,
    sans vraiment en avoir envie,
    La nuit je repense à celles que nous passions ensemble,
    quand tu faisais entièrement partie de ma vie.
    Je ne suis que l’ombre d’un être qui survit.

    Je suis l’ombre de tes gestes,
    Je les vois sans cesse,
    Je suis l’ombre de tes sourires, de ton rire.

    Je suis l’ombre de ton odeur,
    Partout elle m’effleure,
    Dans mes draps, toujours ta voix.

    Je suis l’ombre de ton corps,
    Il est contre moi quand je dors.
    Je suis l’ombre de tes bras,
    Qui m’entourent quand dans le désespoir je me noie.

    Je suis l’ombre de tes yeux,
    Dont je suis folle amoureuse.
    Je suis l’ombre de ta bouche,
    Celle qui dans mes songes me touche.

    Mais tous ce que je sens n’existe pas,
    Je suis l’ombre de moi.

    Partout l’absence de tes gestes, de tes sourires, de ton rire,
    L’absence de ton odeur, de ton corps contre moi,
    Me rappelle que je suis seule, que tu n’es plus là,
    J e suis l’ombre de toi.

    Et je vis dans le passé,
    Le temps où l’on s’aimait.

     Je ne suis qu'une ombre.

    Je ne suis qu'une ombre.


    3 commentaires
  • Il arrive que les circonstances nous séparent d'une personne chère. Courte séparation lors des vacances, ou plus longue séparation pour des raisons professionnelles. Certaines relations peuvent se trouver renforcées par cette situation, surtout si l'on sait entretenir les sentiments... En lui disant "tu me manques"

     


    3 commentaires
  • "Un seul être vous manque..."

    "C'est aujourd'hui que je comprends la phrase de Lamartine : " Un seul être vous manque et tout est dépeuplé." Je la comprends et je la vis, de façon intense. Le manque que je ressens de toi m'empêche de voir la beauté du monde. Les gens autour de moi me semblent fades et tristes. La nourriture même semble avoir moins de goût. Reviens-moi vite pour redonner sens au monde qui m'entoure !


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique