• Village des bories  ( suite et fin)

     

    Carte Provence

    Village des bories (2)

    CRÉATION DU SITE LES BORIES

    À l'initiative d'un particulier, Pierre Viala, la partie sud de ce qui était un quartier éloigné du village proprement dit, connu au cadastre sous le toponyme de « hameau de(s) Savournins » et dans la langue populaire sous l'appellation « Les Cabanes », devait être progressivement rachetée et restaurée entre 1969 et 1976 pour être finalement classée monument historique le 17 octobre 1977

    Village des bories (2)

    L'origine des bories

    Des essais de datation ont été pratiqués sur le site. Ce que l'on sait, c'est que l'origine des bories remonte à l'âge du bronze. Concernant le village lui-même, plusieurs thèses ont vu le jour pour interpréter son âge. Il aurait été construit, selon certains, après la chute d' "Apta Julia" aux alentours du VIIème siècle. Pour d'autres, au regard des objets et monnaies trouvés sur le site, celui-ci ne peut être antérieur au XVème.

     Village-des-bories-gordes

    Village des bories (2)

    D'autres vestiges, comme les céramiques, datent, elles, du XVIIIème. Il est possible que le lieu ait été occupé et réaménagé à plusieurs reprises, également. Une chose est sure, les constructions les plus récentes datent du XIXème siècle. Présenté aujourd'hui comme un musée, il regroupe aussi une exposition d'objets et d'outils traditionnels ainsi qu'une présentation de l'histoire des Borie et de l'architecture de la pierre sèche en France et dans le monde.

    Ci-dessous

     Intérieur de l'habitation (transformée en musée) du Groupe IV (selon Viala)

    Village des bories (2)

    Sous le nom récent de « Village des bories » existe, à 1,5 km à l'ouest de Gordes (Vaucluse), un ancien groupement d'une vingtaine de cabanes en pierre sèche (montées sans mortier) à vocation agricole et à usage principalement saisonnier, constitué depuis trois décennies en musée de plein air.

    ci-dessous

     Constructions (chevrière et cuve à vin) en pierre sèche

    Village des bories (2)

     Les paysans et bergers travaillaient souvent

    loin de chez eux et avaient besoin d'un endroit où

    déposer leur matériel ou abriter leur bétail

    en cas de mauvais temps.

    Ce sont eux les constructeurs des bories.

    Édifier une borie permettait parfois tout simplement

    de débarrasser une terre des nombreuses pierres plates.

    ci-dessous

     cabane (construction) en pierre sèche avec un four à pain muret et arbres

    Village des bories (2)

    MATÉRIAUX

    Les cabanes sont construites avec le matériau du lieu, pierres plates provenant du substrat rocheux (calcaire burdigalien), épaisses de 10 à 15 cm et appelées localement « lauses » ou « clapes ». Ces lauses étaient généralement équarries pour faciliter la pose.

    ci-dessous

    Village des Bories 2013 intérieur d une borie

    Village des bories (2)

    Un témoignage de l'histoire agricole provençale

     Ancienne grange à blé à Viens (Vaucluse). On a ici une maçonnerie de moellons assisés, liés au mortier, sous une toiture à une pente en tuiles canal.

    ci- dessous: ancienne Grange_viens

    Village des bories (2)

    L'énumération des fonctions montre bien le rôle essentiellement agricole de l'ancien hameau. Ce rôle est confirmé par ailleurs tant par les vestiges d'anciennes plantations — souches de mûriers, d'amandiers et d'oliviers — que par la tradition locale à Gordes.

    Selon les témoignages des gens du pays, il se pratiquait au XIXe siècle une polyculture typiquement méditerranéenne — céréales associées à l'olivier, l'amandier, le mûrier et la vigne, truffes, plantes aromatiques — à laquelle s'ajoutaient l'élevage d'ovins, la sériciculture et l'apiculture, sans oublier le travail du cuir à façon comme l'attestent les abondants vestiges de semelles trouvés sur place.

    ci-dessous

     intérieur d une cabane avec des objets traditionnels ( musée d habitat rural)

    Village des bories (2)

    Par leur fonction principale de grange à blé et à paille, leur emploi en conjonction avec des aires à dépiquer et leur présence au milieu d'anciennes « terres » à céréales, les cabanes du « Village des bories » ne sont pas sans évoquer les « grangeons » de la commune de Viens dans le Vaucluse, quoique ces derniers soient d'un modèle architectural différent et plus ancien (bâtiments rectangulaires en maçonnerie liée au mortier, à toiture à une ou deux pentes couvertes en lauses ou en tuiles canal, et à entrée en pierres de taille) et relèvent d'une agriculture commerciale.

    ci-dessous : intérieur d'une borie

    Village des bories (2)

    ci-dessous: outils d'une grange

    Village des bories (2)

    Il se pourrait fort bien que certaines des cabanes du plateau de Gordes aient appartenu non pas à des gens de Gordes même mais à des « forains », c'est-à-dire des habitants d'un autre village qui avaient des terres sur le plateau, selon un schéma très répandu dans la France rurale de jadis. L'éloignement du village d'origine rendait indispensable la présence d'un pied-à-terre ou d'un grangeon saisonnier ou temporaire.

    Village des bories (2)

    Quoi qu'il en soit, ces cabanes constituent un précieux témoignage de l'histoire agricole provençale aux XVIIIe et XIXe siècles.

    ci-dessous:

     Construction (cabane) en pierre sèche et arbres

    Village des bories (2)

    Exploitation commerciale du site

    Le site est ouvert aux visiteurs. Organisé en musée d'habitat rural, il abrite, disposés au sein des divers bâtiments, une collection d'objets quotidiens et d'outils agricoles anciens de la région. L'un de ces bâtiments propose une documentation sur le passé du village de Gordes et l'architecture de pierre sèche dans le monde

    ci-dessous: costumes de l'époque

    Village des bories (2)

    ci-dessous : village des bories en 2013

    Village des bories (2)

    wikipedia/ wikimedia


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique