• Le temple Mînâkshî de Madurai en Inde

    Le Temple de Mînâkshî est un temple hindou de style dravidien situé à Madurai  ancienne cité dans l'état du Tamil Nadu, en Inde. Il est un des chefs-d'œuvre de l'architecture dravidienne et l'un des temples en activité les plus importants de l'Inde.

     Le-temple-Minakshi-de-Madurai-en-Inde-

    Il est consacré à Mînâkshî, un avatar de la déesse hindoue Pârvatî, l'épouse de Shiva. Ainsi qu'à Shiva sous sa forme Sundareshvara: le beau seigneur. Il comporte deux sanctuaires, un pour chacun des deux dieux. Il compte parmi les lieux saints de l'Inde les plus fréquentés et attire des pèlerins qui viennent s'y marier ou s'y purifier.

    Le bassin du temple 

    Le bassin principal de Porthamarai Kulam (=l'étang du lotus d'or), est un bassin rectangulaire de 50 m sur 37 m. Il est entouré de galeries et ses eaux sont considérées comme sacrées. Selon la légende, Shiva avait promis à une cigogne qu'il n'y aurait aucun poisson ni autre animal de rivière dans le bassin. Et effectivement, on n'en trouve pas.

    Dans les légendes tamouls, le bassin est censé juger la valeur d'un livre : les auteurs placent leurs œuvres dans le bassin. Les travaux mal écrits sont censés couler et ceux de qualité flotter

    Seule une partie des peintures des XVIIe et XVIIIe siècles de la période Nayak a survécu. On en trouve sur les petites arcades du côté ouest du bassin. Elles représentent le mariage de Sundareswarar et Meenkashi assistées par Vijayaranga Chokkanatha et Rani Mangammal. La peinture est exécutée sur fond rouge vif, avec un dessin au trait noir délicat et de grandes zones de blanc, vert et ocre. Le couple céleste est assis à l'intérieur d'un cadre architectural avec un arbre en fleurs en arrière-plan.

    Mînâkshî signifie "aux yeux de poisson". Le mot est dérivé des mots mina (=poisson) et akshi (=yeux). Minaksi est une des rares déesses hindoues à avoir un temple majeur qui lui soit consacré. De plus, dans la plupart des temples de Shiva, c'est Shiva qui en est le dieu principal.

    Il a été construit à l'initiative de Vaishvanâtha et les travaux ont duré de 1560 à 1680, mais la majeure partie s'est déroulée entre 1623 et 1660 à l'initiative de Nayak Tirumalay.

    Le temple est au cœur de la ville de Madurai. Il est immense, mais ce n'est cependant pas le plus grand temple de l'Inde, ce privilège restant celui de Srirangam près de Tiruchirapalli, du même style et dans le même État. Comme les autres temples de style dravidien tardif, il est composé de multiples enceintes. La plus extérieure mesure 254 × 237 m.

    On traverse ces enceintes par des tours-portails appelées gopurams décorés d'un foisonnement de statues. Le temple compte 11 gopurams d'une hauteur de 45 à 50 m. Le plus haut gopuram est le gopuram sud qui s'élève à 60 m, ce qui en a fit le bâtiment le plus haut d'Asie durant plusieurs siècles. Le temple compte aussi deux Vimana des tours en forme de pyramide, moins hautes, avec un sommet doré et qui recouvrent et protègent les sanctuaires des deux divinités.

    Le temple comporte une profusion de sculptures sur les murs et les gopurams. Il y en aurait 33 000.

    Le temple était dans la liste des 30 meilleurs candidats pour les Sept Merveilles du Monde moderne.

     Gopuram_Madurai  Sommet de l'un des gopurams du temple

    Le temple est important pour la civilisation tamoule et figure dans sa littérature depuis l'antiquité, bien que sa structure actuelle date de 1623-1655.

    Le temple attire 15 000 visiteurs par jour et 25 000 les jours de fête. Le festival annuel de Tirukalyanam en avril-mai dure 10 jours et attire 1 million de visiteurs.

    Les différentes salles 

    Le couloir qui entoure le sanctuaire de Mînâkshî est appelé Kilikoondu Mandapam

    (le corridor des cages de perroquet). L'espace était utilisé autrefois pour présenter des perroquets verts entraînés à prononcer le nom de Mînâkshî. Il y a deux grandes cages avec des perroquets verts en semi-liberté.

     Une section de la salle des mille piliers

      Sculptures à l'intérieur du temple

    Le Mînâkshî Nayakkar Mandapam (=Salle aux 100 piliers) possède deux rangées de piliers sculptés avec des images de yali (une bête mythologique avec un corps de lion et une tête d'éléphant). Elle est souvent utilisée pour représenter la puissance de Nayak.

    Le Kambatadi Mandapam (=Salle du temple-arbre) avec son taureau Nandi assis (émanation de Shiva) présente plusieurs représentations de Shiva sculptées ainsi que la fameuse sculpture du Mariage de Mînâkshî. Les sculptures de Shiva et Kali dansant sont bombardées avec des boules de ghee par les fidèles. Un mât en or avec 32 sections symbolise la colonne vertébrale humaine et est entouré par divers dieux dont Durga et Siddar.

    Le sommet en or du sanctuaire de Mînâkshî

    Le Pancha Sabhai 

     

    Le terme de Pancha Sabhai fait référence aux cinq cours royales de Nataraja, c'est-à-dire la forme de la danse cosmique de Shiva. Le Velli ambalam (=Autel en argent en langue tamoule) contient une grande sculpture de Nataraja.

    Elle présente la particularité que Shiva lève sa jambe droite, alors que dans les Nataraja de l'art Chola, Shiva lève sa jambe gauche. Selon le Tiruvilayaadal Puranam (le livre des jeux sacrés de Shiva), c'est à la demande de Rajasekara Pandya, qui était un dévot sincère de Shiva.

    Il avait demandé la divinité de changer sa position, car il estimait que le maintien du même pied soulevé mettait à rude épreuve et il avait obtenu un acquiescement de la divinité.

     temple_Nataraja

    https://fr.wikipedia.org


     


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique